Boîte à outils

Nos références de travail

La co-intervention,

comme « espace narratif qui se crée au sein du jeu relationnel qui s’opère entre deux collègues lors de l’intervention »

Sensible à l’approche systémique, la volonté du service est de collaborer davantage avec les familles et les jeunes au sein de leur milieu de vie. Constatant le peu d’écrits sur le sujet, nous avons décidé de nous lancer dans un travail de réflexion à travers un projet d’écriture. Celui-ci s’est imposé comme une nécessité de mieux comprendre le secteur social dans lequel nous évoluons. Une envie de théoriser ce qui, au fil des ans, est devenu un véritable outil méthodologique au sein de l’Aide à la Jeunesse et plus précisément dans les services proposant un accompagnement éducatif.

Nous sommes donc partis à la découverte d’autres formes de co-interventions et avons ainsi alimenté notre curiosité.

Le travail en réseau

fait partie intégrante de notre pratique de terrain. Voici quelques références sur le sujet.

 

Le réseau est défini de différentes manières et nous nous en inspirons pour nos pratiques.

  • Pour la référence à la sociologie de l’acteur réseau (SAR), nous vous invitons à voir Michel Callon, Éléments pour une sociologie de la traduction. L’année sociologique, (1986).
  • Dans le Dictionnaire de la Sociologie (Le Robert, Seuil, 1999), il est définit comme: un système de liaisons entre personnes formant un ensemble.

Ce sont des personnes en interaction et reliées entre elles par des relations non équivalentes. Il peut être envisagé tant sur le plan individuel (jeune) que sur le plan collectif (famille). Les schémas d’interaction entre les personnes se développent dans de nombreuses directions, sans obligatoirement être hiérarchisés.

  • L’article « Traces de Faires », de la Revue de Pratique de l’Institutionnel N°4, (1987) nous dit ceci : Le travailleur social doit donc avoir à l’esprit l’ensemble du contexte social du client, parents, amis, voisins, collègues, professionnels des écoles, des hôpitaux, etc… qui comptent pour la famille et l’individu.
  • Et le Dictionnaire clinique des thérapies familiales systémiques (1988) nous rappelle que: L’équipe des intervenants mobilise tous ceux qui sont susceptibles d’apporter à une famille une aide et un appui à la fois réel et durable.

Nos outils médiateurs

Génogramme

Il s'agit d'une représentation graphique d'un arbre généalogique

Le génogramme est utilisé par les intervenants sociaux afin d’aborder l’histoire de la famille, des jeunes et de leurs parents. Cet outil est un point d’amorce pour donner la parole aux acteurs de la famille en partant de ce qu’ils savent, ce qu’ils peuvent ou veulent dire.
Les hypothèses se construisent ensemble.

Mémento

« D'où viens-je ? Qui suis-je ? Où vais-je ? »

Crée par l’ASBL OASIS, le Memento est un carnet qui permet aux jeunes de se pencher sur ces questions, à travers une série de supports d’exercices, et d’explorer ainsi différents moments de leur histoire.

Au sein de Li Mohon, le Memento se pratique avec les jeunes dans une démarche volontaire et confidentielle.

En savoir plus (reportage): https://www.enlignedirecte.be/3945

Photo-langage

Pour aider à se construire et construire des repères

Nous utilisons le photo-langage lorsque nous voulons travailler à partir de la prise de parole avec les membres de la famille.

Que ce soit des adultes et/ou des enfants.

Une vingtaine de dossiers ont été publiés et une quinzaine d’autres ont été réalisés sur commande pour des centres de formation.

Chaque dossier comporte 48 photographies N&B ou couleur, ainsi
qu’une présentation approfondie du thème et de la méthode, et des indications pour le déroulement concret du travail.

Pourquoi des photographies ?

Mobilisant l’imaginaire, les photographies vont faciliter la prise de conscience par chacun des images et des représentations dont il est porteur. Elles sont choisies pour leur capacité à évoquer les différentes composantes de la thématique du dossier, pour leur puissance suggestive, leur qualité esthétique et leur valeur symbolique. Alors que la majorité d’entre elles renvoient à des situations de la vie quotidienne où se jouent les différentes composantes de la thématique, d’autres photographies plus symboliques représentent des éléments qui n’ont pas de liens spécifiques avec le thème, mais peuvent permettre d’exprimer par association ou par métaphore différents aspects de l’expérience de chacun.